01 44 61 71 14 ou 06 09 45 14 54

60, rue Saint Sabin - 75011 Paris

Top

Emotions et stress

Esprit du bien-être / Emotions et stress
Les fortes émotions nous apportent en un instant ce que nous aurions mis des années à découvrir - René Chicoine
  1. Que pensez-vous de vos émotions ? force ou faiblesse ? Amies ou “ennemies“ ?
  2. Comprenez-vous ce qui se passe en vous quand vous êtes sous le “coup“ d’une émotion ?
  3. Pensez-vous qu’il “faut gérer ses émotions“ ? Qu’il est “mal“ de les montrer ?
  4. Savez-vous les reconnaître ? les comprendre ? les accepter ?
  5. Vous trouvez-vous trop émotif ou trop stressé ?
  6. Quelle est à votre avis, votre Intelligence Emotionnelle ?
  7. Acceptez-vous de les exprimer ?

Si vos réponses ne vous satisfont pas encore, vous trouverez ci après des pistes de réflexion pour reconnaître, accepter, apprivoiser et faire bon usage de vos émotions et votre stress

Si vous souhaitez aller plus loin, vous pouvez participer à un ou plusieurs ateliers de notre cycle « Emotions & stress » dont vous pouvez désormais programmer les dates qui vous conviennent le mieux dans notre calendrier des stages ou en remplissant simplement le formulaire à gauche de votre écran 🙂

Emotions et stress : force ou faiblesse ?

Les émotions ont dans la plupart des civilisations longtemps été refoulées, tout particulièrement dans les cultures très codifiées et hiérarchisées à l’instar de l’Angleterre ou du Japon, où il était très mal vu de les manifester.
Comme l’humain a souvent ce regrettable réflexe de rejeter ce qu’il ne comprend pas et surtout ce dont il ne maitrise pas les conséquences, le mécanisme des émotions longtemps incompris a, un peu de la même façon que l’intuition, été dévalorisé comme un “truc de filles“.
L’objectif était ni plus ni moins de limiter les risques de ce qui tout ce qui pourrait s’avérer subversif parce que difficile à contrôler …
D’où la mise en avant de valeurs comme courage, flegme, modération et pudeur nécessaires à ce que chacun endure en silence l’adversité et reste sagement à sa place.

Force est de constater que plus on cherche à les étouffer, plus elles finissent par trouver un biais réactionnel pour s’extérioriser, souvent avec violence. Les frustrations se sont cristallisées par ex avec le mouvement punk britannique, ou les excentricités vestimentaires japonaises.

Depuis une vingtaine d’années, les vertus des émotions sont enfin socialement reconsidérées grâce aux neuro sciences et au concept d’intelligence émotionnelle (I.E), mesurée par le QE quotient émotionnel dont on estime aujourd’hui qu’il prévaut sur le seul QI quotient intellectuel pour réussir professionnelle et socialement.
L’habileté à percevoir et à exprimer les émotions, à les intégrer pour faciliter la pensée, à comprendre et à raisonner avec les émotions, à les réguler est désormais admise comme une vraie force qui plus est, avec des effets positifs sur notre santé !

Il reste encore du chemin à faire pour se libérer du carcan de siècles de contraintes et des croyances limitantes qu’elles ont véhiculées.
Mais, bien heureusement, chacun d’entre nous peut réapprendre à être “intelligent émotionnellement“

Nous vous proposons donc d’aller dans ce sens sur ces 4 points clefs pour avoir une relation saine avec vous et vos émotions (comprendre et vivre vos émotions, votre stress, optimiser vos émotions avec l’auto-hypnose, savoir les exprimer) d’abord en lisant ce qui suit, puis, si vous souhaitez approfondir et expérimenter en étant accompagné, en participant à nos ateliers.

Toutes les grandes découvertes sont faites par ceux qui laissent leurs émotions devancer leurs idées - C. H. Parkhurst
Vivez bien vos émotions

POURQUOI ACCEPTER ET APPRECIER VOS EMOTIONS ?

Une vie sans émotion est une vie perdue - Roger Fournier

Les émotions ont longtemps été sous le joug d’écrasantes interdictions : “Un homme, ça ne pleure pas“, “C’est dangereux de montrer ce qu’on ressent“, “Çà ne se fait pas de se mettre en colère en public“, “Ce n’est pas bien de s’écouter“, …

Autant d’injonctions qui deviennent des prisons et font que beaucoup d’entre nous ont encore aujourd’hui du mal à les accepter, à les exprimer, et peuvent malheureusement aller jusqu’au déni de ce qui se passe en eux voire à la dépression.

Se rappeler que ces interdictions n’avaient qu’un objectif : juguler des débordements considérés comme potentiellement incontrôlables pour le bon fonctionnement de la société. Comment aurait-on pu envoyer tant de générations d’hommes affronter les boucheries guerrières si on ne les avait conditionnés à nier ce qu’ils ressentaient ?
Ce sont des croyances survivances d’un autre âge !
C’est là un héritage qu’on peut décider de refuser …

Une émotion (du latin motio : mouvement) est une réaction psychologique et physique à un événement.
Une sorte d’aller-retour extérieur / intérieur / extérieur :
Confrontation à une situation + interprétation de cette situation => manifestation interne => réaction externe.
Cette réaction étant donc un message de notre inconscient, autrement dit de la partie de nous qui nous est la plus protectrice, comment pourrait-elle nous être négative ?

Il en est de plus agréables que d’autres.
Mais toutes sont un signal indiquant que quelque chose est en train de se passer et qu’il serait bienvenu d’agir en conséquence.
Si ce signal n’est pas écouté, il va, de la même façon qu’un enfant qui veut se faire entendre de ses parents va crier de plus en plus fort, être amplifié jusqu’à ce qu’il y ait une ré-action.
Amplification qui peut se traduire par la somatisation, qui persistera jusqu’à ce qu’on comprenne ce que le « mal a dit »…

REFAITES DE VOS EMOTIONS VOS ALLIEES !

Et vous, que faites-vous de vos émotions ?
Quelle permission pourriez-vous vous donner pour les vivre intelligemment ?
Maintenant que vous savez que les réprimer et les nier revient à vous nuire à vous-même, comment faire pour non pas les « gérer » (“gestion des émotions“ quelle affreuse antinomie …) mais les apprivoiser et en profiter pleinement ?

Vous l’avez compris, le 1° pas est de les accepter !
Voire de les remercier d’être là !
Les émotions sont la preuve que vous êtes en vie …

Vous pouvez ensuite adopter une démarche toute simple :

  • Les identifier.
  • Rechercher ce qui les a vraiment déclenchées.
  • Si elles paraissent disproportionnées, se demander ce qu’il y a “derrière“.
    Est-il par exemple justifié d’être tétanisé par la perspective d’adresser la parole à un(e) inconnu(e), de rentrer dans une rage folle quand on se fait simplement bousculer, de s’effondrer dans un torrent de larmes quand nous avons l’impression que quelqu’un ne nous apprécie pas assez ?
  • Qu’il y ait cohérence entre le déclencheur et la réaction ou non, les observer avec bienveillance et curiosité.
  • Interpréter ce qu’elles disent de nous. Au présent comme par rapport à notre passé.
  • Et voir ce qu’il est désormais pertinent de faire pour améliorer ça.

Quelques points finalement de l’ordre du bon sens, mais qui vous permettront de réinitier une belle relation à vous et vos émotions.

Vous pourrez aussi trouver de quoi approfondir votre compréhension de vos émotions et savoir comment les reconnaître et en faire vos alliées à notre atelier Vivez bien vos émotions

Vivez bien vos émotions

POURQUOI ACCEPTER ET APPRECIER VOS EMOTIONS ?

Une vie sans émotion est une vie perdue - Roger Fournier

Les émotions ont longtemps été sous le joug d’écrasantes interdictions : “Un homme, ça ne pleure pas“, “C’est dangereux de montrer ce qu’on ressent“, “Çà ne se fait pas de se mettre en colère en public“, “Ce n’est pas bien de s’écouter“, …

Autant d’injonctions qui deviennent des prisons et font que beaucoup d’entre nous ont encore aujourd’hui du mal à les accepter, à les exprimer, et peuvent malheureusement aller jusqu’au déni de ce qui se passe en eux voire à la dépression.

Se rappeler que ces interdictions n’avaient qu’un objectif : juguler des débordements considérés comme potentiellement incontrôlables pour le bon fonctionnement de la société. Comment aurait-on pu envoyer tant de générations d’hommes affronter les boucheries guerrières si on ne les avait conditionnés à nier ce qu’ils ressentaient ?
Ce sont des croyances survivances d’un autre âge !
C’est là un héritage qu’on peut décider de refuser …

Une émotion (du latin motio : mouvement) est une réaction psychologique et physique à un événement.
Une sorte d’aller-retour extérieur / intérieur / extérieur :
Confrontation à une situation + interprétation de cette situation => manifestation interne => réaction externe.
Cette réaction étant donc un message de notre inconscient, autrement dit de la partie de nous qui nous est la plus protectrice, comment pourrait-elle nous être négative ?

Il en est de plus agréables que d’autres.
Mais toutes sont un signal indiquant que quelque chose est en train de se passer et qu’il serait bienvenu d’agir en conséquence.
Si ce signal n’est pas écouté, il va, de la même façon qu’un enfant qui veut se faire entendre de ses parents va crier de plus en plus fort, être amplifié jusqu’à ce qu’il y ait une ré-action.
Amplification qui peut se traduire par la somatisation, qui persistera jusqu’à ce qu’on comprenne ce que le « mal a dit »…

REFAITES DE VOS EMOTIONS VOS ALLIEES !

Et vous, que faites-vous de vos émotions ?
Quelle permission pourriez-vous vous donner pour les vivre intelligemment ?
Maintenant que vous savez que les réprimer et les nier revient à vous nuire à vous-même, comment faire pour non pas les « gérer » (“gestion des émotions“ quelle affreuse antinomie …) mais les apprivoiser et en profiter pleinement ?

Vous l’avez compris, le 1° pas est de les accepter !
Voire de les remercier d’être là !
Les émotions sont la preuve que vous êtes en vie …

Vous pouvez ensuite adopter une démarche toute simple :

  • Les identifier.
  • Rechercher ce qui les a vraiment déclenchées.
  • Si elles paraissent disproportionnées, se demander ce qu’il y a “derrière“.
    Est-il par exemple justifié d’être tétanisé par la perspective d’adresser la parole à un(e) inconnu(e), de rentrer dans une rage folle quand on se fait simplement bousculer, de s’effondrer dans un torrent de larmes quand nous avons l’impression que quelqu’un ne nous apprécie pas assez ?
  • Qu’il y ait cohérence entre le déclencheur et la réaction ou non, les observer avec bienveillance et curiosité.
  • Interpréter ce qu’elles disent de nous. Au présent comme par rapport à notre passé.
  • Et voir ce qu’il est désormais pertinent de faire pour améliorer ça.

Quelques points finalement de l’ordre du bon sens, mais qui vous permettront de réinitier une belle relation à vous et vos émotions.

Vous pourrez aussi trouver de quoi approfondir votre compréhension de vos émotions et savoir comment les reconnaître et en faire vos alliées à notre atelier Vivez bien vos émotions

Emotions avec l'auto-hypnose

RENOUER LE LIEN AVEC L’ORIGINE

Nous appellerons émotion une chute brusque de la conscience dans le magique - Jean-Paul Sartre

Nous avons vu qu’une émotion est un signal de l’inconscient. Comme notre inconscient perçoit 1000 fois plus d’informations que notre conscient, il est beaucoup plus rapide. Et puissant …
Les émotions sont un de ses moyens de communication (tout comme nos rêves, nos actes manqués, nos expressions de visage et corporelles, etc …), un indiscutable indicateur de la présence de quelque chose sur lequel il va être nécessaire d’agir
La peur signale un danger.
La tristesse, une perte.

Que l’émotion soit “surdimensionnée“ parce qu’encore conditionnée par notre histoire ou appropriée, il peut arriver qu’elle soit envahissante.
Renouer le lien avec son inconscient autrement dit avec l’origine, est donc le moyen le plus efficace pour faire évoluer une émotion trop présente ou … pas assez !

Modifier en autohypnose les paramètres (submodalités en PNL) d’une émotion : l’endroit du corps où elle est ressentie, sa dimension, sa texture, sa couleur, les sons qui peuvent y être associés, … permet de la ramener très facilement à l’impact que nous décidons : atténué si elle est désagréable, amplifié si elle est agréable.

Ce qui n’empêche évidemment d’agir ensuite sur la source si besoin.

L’AUTO-HYPNOSE POUR AMADOUER ET AMELIORER VOS EMOTIONS ?

[blockquote cite= »Henry de Montherlant »]Nos émotions sont dans nos mots comme des oiseaux empaillés[/blockquote]

Les émotions sont vraiment un des registres humains qui va bien, bien au delà des mots
Apprendre à se les réapproprier en état modifié de conscience va donc au delà de la compréhension Et de l’efficacité !

Redonner la main à notre imagination, notre créativité donne un plaisir étonnant sur le moment, mais aussi sur le long terme puisque se mettre soi-même en transe permet de retrouver un vrai lien avec une partie de nous que nous négligeons bien souvent en nos trop cartésiennes contrées.
Et quelle satisfaction que de pouvoir travailler par nous-même aux améliorations qui nous paraissent importantes !

L’hypnose étant un état naturel que nous connaissons tous, parfois sans le savoir, tous les jours, l’autohypnose est un outil très facile à intégrer pour peu qu’on accepte de lâcher et d’être dans la curiosité.

Décider de focaliser son attention sur un point particulier (un point face à soi, sa propre respiration, les sensations du corps … ) permet de déconnecter le mental et d’entrer en soi.
Et c’est la porte ouverte à toutes les découvertes !

Si vous souhaitez être accompagné pour expérimenter des techniques éprouvées, vous pourrez le faire lors de notre atelier Emotions avec l’auto-hypnose !

Et si vous exprimiez vos émotions

RENOUER LE LIEN AVEC L’ORIGINE

QUEL INTERET A EXPRIMER VOS EMOTIONS ?

Maintenant que vous connaissez tous les bénéfices de vos émotions, vous concevez probablement mieux encore l’intérêt de les exprimer.

L’intérêt est double
D’abord pour vous : si une émotion reste à l’intérieur, elle trouvera forcément un moyen ou un autre de sortir. Si le moyen n’est pas vraiment choisi, la sortie risque de ne pas se faire sans dommage physique et psychique, à court ou plus long terme.

Ensuite pour l’autre : la plupart d’entre nous ayant fâcheuse tendance à être principalement focalisé sur notre nombril, il est rare que nous sachions vraiment ce que ressent l’autre.
D’autant que nous fonctionnons tous différemment et que l’impact d’un acte sur est extrêmement variable d’une personne à l ‘autre.
Ce que l’un considère comme une innocente plaisanterie, peut être ressenti comme une agression par l’autre. Le premier pourra rester avec l’impression d’avoir fait preuve d’un inénarrable humour alors que le second n’en aura que peu goûté la saveur et pourra même avoir éprouvé ces quelques mots comme violents.
Si l’émotion n’est pas exprimée, le second pourra ruminer rageusement sa rancœur, alors que le premier n’aura pas la moindre idée que sa parole aura été perçue comme blessant.
Et la relation ira se détériorant, chacun restant sur sa position, persuader que l’autre aurait du comprendre …

COMMENT ARRIVER A LES DIRE

Le tout est, comme toujours, de trouver les mots pour le dire

3 fondamentaux pour y arriver :

    • Rester sur les faits et uniquement sur les faits

Que s’est-il concrètement et objectivement passé ?
Sans jugement de valeurs
à la soirée chez Paulo, tu as dit “(phrase aussi fidèle que possible)

    • Trouver le terme qui correspond à notre réel ressenti.

J’ai les boules“ est certes universel, mais peut aussi bien correspondre à de la colère, de l’indignation, du ressentiment, de la tristesse, de la peur, et j’en passe.

Et bien sûr, utiliser exclusivement le “je“
Je me sens déçu(e), pas respecté(e), en colère quand …“ a beaucoup plus de chances d’être entendu que l’accusateur “Tu me déçois, tu ne me pas respecte, tu me mets en colère quand …

    • Savoir ce que nous souhaitons vraiment dire, ce à quoi nous voulons arriver par rapport à la relation.

Vider notre sac, ou trouver une solution ?
Accuser ou être écouté(e) ?
Démolir ou reconstruire ?
“Yen a marre, j’en peux plus“ ou “J’aimerais qu’on réussisse à repartir sur des bases saines, qui nous apportent satisfaction à toi comme à moi“

Voilà de quoi aborder plus sereinement l’expression de vos émotions.
Si vous souhaitez d’autres clefs et techniques de communication, vous les trouverez à notre atelier Et si vous exprimiez vos émotions ?

En conclusion

Si vous voulez être libre de vos émotions, il faut avoir la connaissance réelle, immédiate de vos émotions - Arnaud Desjardins

Nous vous souhaitons de trouver tout ce qui vous permettra désormais de faire la paix avec vous et vos émotions et d’en faire une vraie force de vie !
Et rappelez-vous : “La joie de vivre est une émotion contagieuse.“ (D. Wynot)